Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 1991 5 25 /10 /octobre /1991 00:00

Par Tom Apostol, professeur de mathématiques et directeur du projet   Mathematics ! à l'Institut Technologique de Californie. Article paru dans le Los Angeles Times, Vendredi 25 Octobre 1991.

Enseignement et télévision:
Au lieu de blâmer la télévision pour la baisse   du niveau scolaire, mieux vaudrait employer sa technologie qui enchante les   enfants afin de rendre visuels des concepts abstraits. Les rapports montrant que le niveau moyen lors de l'entrée à   l'université a encore chuté ont suscité des commentaires  avec l'explication simpliste habituelle que les  gosses regardent trop la télévision. Quand il y a des problèmes dans   l'éducation amé;ricaine, on ne peut pas reporter tout le blâme   sur la télévision. En fait, je veux montrer que la télévision  a un rôle à  jouer dans l'éducation de mathématiques.

 Les enfants et la télévision

Les enfants regardent la télévision parce qu'elle les ouvre sur   des mondes entièrement nouveaux. Que cela plaise ou non, ils continueront   à; la regarder. La puissance des images visuelles pour susciter les émotions   les plus profondes a été toujours comprise par les artistes. La   télévision met ces images en mouvement avec accompagnement de   musique et d'effets spéciaux. Son impact sur l'esprit humain est   bien compris par les amuseurs, les annonceurs publicitaires et les politiciens,   mais pas, semble-t-il, par la plupart des éducateurs. Au lieu de blâmer   la télévision, exploitons cette technologie de façon créatrice   pour révéler aux jeunes les avancées de la science et des   mathématiques. Introduisons une télévision de qualité   dans la salle de classe comme aide visuelle puissante en accompagnement des   livres, des ordinateurs et d'autres matériaux.

Crise de l'éducation en mathématiques

L'éducation américaine en mathématiques fait face à   une crise sérieuse qui existait même lorsque les scores d'entrée   à l'université s'amélioraient. Plus de la moitié   des lycées des Etats-Unis n'offrent aucun cours de perfectionnement   en mathématiques et en science, et presque un tiers des professeurs de   science sont aujourd'hui insuffisamment préparés. Dans la décennie   prochaine, une grande partie des professeurs en exercice prendra sa retraite,   et il n'y a pratiquement aucune perspective de les remplacer par les professeurs   qualifiés en raison de la baisse des recrutements dans les programmes   de formation initiale de professeurs. Par conséquent, la plupart des écoliers américains courent le danger de devenir des citoyens  illettrés en sciences à un moment où la science et la technologie   jouent un rôle de plus en plus important dans la vie. Ces problèmes sont plus sérieux qu'une légère baisse dans les évaluations  à  l'entrée à l'université et ils peuvent être résolus en changeant la façon d'enseigner aux   enfants en classe, particulièrement dans les petites classes.

Curiosité des enfants 

  Tous les   enfants en bas âge ont une curiosité naturelle, le préalable  à l'étude des mathématiques. Ils aiment résoudre des puzzles et découvrir des modèles. Le défi ne doit pas simplement être d'améliorer des performances en calcul et aux tests d'évaluation, mais de trouver de nouveaux moyens de développer la curiosité normale des enfants et de leur prouver que les mathématiques  peuvent être passionnantes et intellectuellement gratifiantes à  étudier. Quand des enfants sont motivés pour apprendre et comprendre des mathématiques, les scores aux tests progressent d'eux mêmes.  La technologie même qui fait les enfants se passionner pour les tortues Ninja peut également leur rendre la géométrie passionnante.

Mythe

Un mythe répandu est que vous ne pouvez pas faire des mathématiques ou des sciences sérieuses avec la télévision. Ce mythe a été dissipé en partie par le télécours "L'univers mécanique", un cours d'un an de physique pour des étudiants de première année d'université produits par Caltech et le Consortium de Californie méridionale. Cette série est considérée comme une percée importante dans l'utilisation de la télévision pour enseigner la physique. Un ingrédient clé qui a aidé à son succès est l'usage massif d'animations par ordinateur qui donne vie à ce contenu d'une manière inconnue jusque là. Le même type d'animation est employé par "Project MATHEMATICS!",une nouvelle série de bandes vidéo produites par Caltech à l'usage des classes de niveau 8 à 13. Chaque bande est accompagnée d'un livret pédagogique qui encourage l'interaction entre enseignant-étudiant avec la bande vidéo. Chaque module fournit le matériel d'accompagnement à intégrer avec les autres activités de la salle de classe.

Les bandes vidéo présentent des mathématiques d'une manière impossible à faire au tableau ou dans un manuel. Des mots et les images mobiles sont combinés avec la musique et les effets spéciaux  pour fournir un outil pédagogique capable d'attirer de jeunes étudiants vers les mathématiques. Dans une séquence par exemple, l'animation divise un disque circulaire en petits morceaux triangulaires qui se déplacent en musique, pour former une figure rectangulaire avec de même aire. La formule pour l'aire du disque est montrée visuellement d'une manière ludique ce qui accroît la compréhension.

Ces deux dernières années, environ deux millions d'étudiants ont été intéressés aux mathématiques par une ou plusieurs des quatre premières bandes vidéo. "Le théorème de Pythagore ", "Histoire de pi ", "Similitude " et "Polynômes ".

  "Project Mathematics ! "

a montré qu'un groupe de quatre personnes  à temps plein et un nombre égal d'ouvriers et de volontaires à  mi-temps peuvent avoir un impact petit mais significatif sur l'éducation en mathématiques. Si l'industrie de télévision, qui sait   distraire, consacrait une toute petite partie de ses ressources et de son expertise   à travailler avec des mathématiciens créateurs, les résultats pourraient avoir un effet spectaculaire sur l'éducation en mathématiques.

Partager cet article

Repost 0
Published by Tom Apostol - dans vidéos "Mathematics
commenter cet article

commentaires